samedi 5 novembre 2016

Crète 14 octobre, lever de soleil sur Héraklion et retour à Paris!

Après le coucher de soleil la veille, je me régale maintenant du lever du soleil depuis la salle des pdj ( même endroit que le bar et le resto )



Buffet un peu comme à Rethymnon, pas mal de choix et produits majoritairement industriels, mais je trouve quand même de quoi prendre des forces pour attaquer mon retour vers Paris.





Je récupère ma voiture toute propre au parking couvert près de l'hôtel et après quelques kilomètres sans bouchons,



 je me retrouve à l'aéroport où le retour de la voiture se fait sans problème en 3 mn ( je suis seule! ), ça change de l'aller! J'ai fait 643 km pendant cette semaine de vacances, une petite moyenne mais qui m'a bien convenu et m'a permis de faire des improvisations sans problème. 
J'ai quand même bien fait d'arriver assez tôt : j'ai à peine sorti ma valise du coffre qu'il y a une queue de sept voitures derrière moi! Belle coordination, je suis arrivée pile quand il fallait! 
Suite aux grèves des contrôleurs aériens quelques jours avant, il y a un monde fou à l'aéroport, mais mon vol ne partira pas trop en retard.



Retour sans problème dans mon home, sweet home où je suis contente de retrouver ma Missie à trois pattes :-)
Donc la Crète est jolie, mais un peu trop aride à mon goût. Ceux qui veulent plus de verdure devront y aller plutôt au printemps, bien sûr! Hélas, il n'y a pas 4 printemps par an ( pour moi, ce serait le rêve! ) donc il "faut bien" ;-) voyager quand même en-dehors de cette période idéale, et vu le soleil que j'ai eu cette semaine, je ne peux pas me plaindre, j'ai passé de belles vacances :-)
Vivement les prochaines :-)
Peut-être bien aux Canaries...?

Crète, 13 octobre, de Vamos à Héraklion via le lac de Kournos et Argiroupolis.


Forteresse, Héraklion.

Encore un pdj maison, et je vais au moulin à huile en ruines tout proche voir si je peux donner mon reste de beurre ( utilisé seulement deux matins! ) à la chef Koula Barydakis. Hier, on avait eu une discussion sur les bienfaits de l'huile d'olive et je lui avais dit que je n'en étais pas fan, en me protégeant d'avance de ses coups de rouleau à pâtisserie, et que je préférais nettement le beurre ;-) En fait, pas de hauts cris, elle m'avait même avoué qu'elle aussi aimait bien le beurre, qui donnait un bon goût à la pâtisserie, d'où ma démarche de ce matin! Chance, elle était là, et contente de mon mini cadeau!
J'en profite pour faire une petite balade dans le village désert...

































Bon, il est temps que je parte, et je fais mes adieux au jeune chat qui m'a tenu compagnie le soir quand j'allais profiter du wifi de la maison d'à côté.


Encore une belle journée ensoleillée, mais aujourd'hui, à part une petite étape sympathique, je dois tracer pour rejoindre Héraklion : ça sent la fin, mon vol est demain :-(
Par chance la route, bien que directe, a de beaux points de vue :-)














Je fais un crochet par le lac de Kournas. J'y fais une pause à la terrasse d'un café-restaurant qui est fermé au moment de mon arrivée.

















Mais je m'y installe quand même et j'y écris mes dernières cartes postales.
Au bout d'un moment, horaire d'ouverture normal ou effet "téléphone arabe" ( je ne me cache pas! ), une dame arrive et je lui commande un café turc-noisette, servi avec de bons petits gâteaux secs.
L'endroit est reposant, et la couleur du lac d'un beau bleu/vert transparent... Mon étape de liaison ne se passe pas trop mal ;-)












































 Je reprends la route






en direction d'Argiroupolis ( ou Argyroupolis ), village réputé pour ses nombreuses sources et cascades et la verdure qui en découle ( ce qui n'est pas fréquent en Crète )
Bon, j'ai aussi remarqué qu'il y avait une concentration de restos plutôt sympas ;-) Dommage qu'il soit encore tôt. Je vais d'abord visiter le Vieux Moulin, tenu par une Québécoise, où je prends un autre café.
Le site est superbe, plein de terrasses ombragées en dégradé qui partent dans tous les coins, de ruisseaux, de cascades, de bassins remplis de truites... Vraiment charmant et verdoyant. Mais il est clairement trop tôt pour y manger :-(




















Sur le parking, quelques bananiers :

































Après avoir fait un peu durer le plaisir, je repars doucement et j'arrive finalement à mes fins pas complètement assumées ;-) : un peu plus loin, un autre restaurant ( Koundourakis ), dont l'âtre extérieur, où grillent des morceaux de viande, m'attire l’œil, les narines...et le ventre ;-D






















Je demande confirmation à la patronne : oui, pas de problème, il y a déjà des portions d'agneau cuites, je peux manger maintenant! Ouf, ça m'aurait déchiré le cœur de passer à Argiroupolis sans manger dans un de ses bons restaurants :-)
D'autant plus que cet endroit-là aussi est mignon, avec des cascades et bassins un peu partout... au point que j'ai mis un moment avant de décider à quelle table j'allais m'installer.




Par contre, j'ai oublié de demander mon habituel changement de garniture et je suis donc déçue d'avoir des frites. Tant pis pour moi, et puis ça tombe bien puisque je n'ai pas très faim!
L'agneau est bon, mais quand même un peu sec ( et beaucoup d'os pour le prix de 9€ ) j’espérais quelque chose de plus moelleux et goûteux... Bon, ben ça m'apprendra à vouloir manger sans faim!



J'aurai quand même fait une halte sympathique.
Je reprends ma route pour retourner vers la côte nord, que je longe en direction de l'Est.














Le grand soleil donne une couleur intense à la mer, c'est vraiment splendide... mais je suis bien contente d'être dans ma voiture climatisée, car, comme à peu près tous les jours de cette semaine ( sauf quand j'étais en altitude, où je perdais quelques degrés ), il fait 30°! Température que m'envieraient sans doute pas mal de gens, mais trop chaud pour moi! Mais bon, en tant que "grande" voyageuse, je ne peux pas passer toutes mes vacances dans mon Irlande chérie et tempérée, il faut que je varie les plaisirs ;-))
Je vois une crique sympa du haut de ma quatre-voies : je fais tout un circuit pour passer y prendre quelques photos.






Quelques autres paysages côtiers plus tard,









 et me voilà à Héraklion, où je cherche en vain une station de lavage pour la C1, pour ne pas que ça me soit facturé lourdement par Hertz. Mais les deux que je trouve sont hors-service :-/ Je déclare forfait et mets le GPS en direction de mon hôtel, le Castello City.
Je me gare un peu à l'arrache devant, le temps de m'enregistrer et qu'ils m'expliquent où se trouve leur parking privé gratuit ( à 150 m de là ).



Ma chambre ( 408 ) est très belle, moderne, la salle d'eau aussi avec une vaste douche, j'ai un balcon qui donne sur la ville et ses remparts ( je suis au 4ème, dernier étage consacré aux chambres et le 5ème est consacré au bar/resto panoramique ), du wifi, la clim' et tout ça pour 39,60€, pdj-buffet et parking compris, dans la "capitale" de l'île, franchement, c'est royal!





















Je ressors pour aller garer ma voiture, ouf, je n'ai pas eu de PV!
Encore un super bon point en arrivant au parking : il y a...une station de lavage à l'intérieur, absolument idéal pour cette dernière nuitée avant de rendre la voiture ( 10€ pour intérieur et extérieur ) :-) Je la laisse à la gardienne avec mes clés et je les récupérerai ce soir.
De toute façon, mon plan était justement de me garer là et de prendre un taxi pour aller visiter le port et la vieille ville : je n'ai pas envie de m'embêter à conduire dans cette grande ville aux ruelles étroites ni de galérer pour trouver à me garer. Comme l'hôtel n'est pas loin du centre, ça ne me coûtera pas cher d'y aller en taxi ( station de taxis en face de l'hôtel ).
En rentrant du parking, je longe les beaux remparts de la ville.






Une bonne douche bien fraîche plus tard, je descends prendre un taxi qui me dépose au port ( pour 5€, raisonnable! ), juste à côté du fort... vénitien bien sûr ;-)
D'après mes lectures de guides, le port et la vieille-ville d'Héraklion sont un cran en-dessous de ceux de Rethymnon et La Canée, et je suis d'accord avec eux. Je ne regretterai donc pas d'avoir pris mon temps pour arriver : la paire d'heures que je passerai là suffira largement à mon goût.
Bon, le port et la forteresse, sous le soleil, sont quand même bien photogéniques, je le reconnais!

Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.




















Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.


Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.




Forteresse, Héraklion.


Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.

Forteresse, Héraklion.


Forteresse, Héraklion.



Je me dirige ensuite vers la vieille-ville et ses nombreux bâtiments datant de l'époque vénitienne, dont la loggia de l'hôtel de ville, la fontaine Morosini...












Je fais une pause gaufre juste à côté de la célèbre fontaine, hélas déjà pas mal à l'ombre.



Je remonte la rue 1866 et j'arrive sur la place Kornarou où se trouvent deux autres fontaines, Bembo et turque :







Et voilà pour ce qui est de la visite d'Héraklion! Je reprends un taxi ( 4€ ) pour rentrer à l'hôtel.




Je monte au 5ème étage au bar boire une piña colada ( oui, je sais, pas typique, mais j'ai bu assez de raki ces derniers jours pour me permettre un écart ;-) ) en assistant à la fin du coucher de soleil, suivi d'un plat oubliable...que j'ai déjà oublié! Le resto vaut surtout pour sa vue, à moins que je sois mal tombée ce soir-là...