dimanche 9 août 2015

Slovénie à moto, 20 juin, d'Ebersberg ( Allemagne ) à Freyming-Merlebach ( France ) et 21 juin, retour en RP.




Après un copieux et bon pdj-buffet, nous attaquons nos longues et mornes autoroutes allemandes ( c'est hélas le prix à payer pour l'aller et le retour quand on veut profiter au maximum du pays qu'on a décidé de visiter! ), qui, en plus, sont souvent bien chargées, voire carrément embouteillées :-/
Mon sang de motarde francilienne ne tient donc pas longtemps sagement coincé dans les files de voitures, comme le font la plupart des motards allemands, il me réclame de passer entre les files ;-)
Francis est d'accord et s'y met, il roule devant moi, mais au bout d'un moment, un motard allemand devant nous nous bouchonne ( c'est bien la peine de vouloir s'extraire des bouchons de voitures si c'est pour se retrouver dans un bouchon de motos ;-D ).
Généralement, dans ces cas-là, en Ile de France, les motards, jetant un regard dans leur rétro régulièrement, voient qu'ils ralentissent d'autres motos et donc, logiquement, se poussent courtoisement le temps de laisser passer la file de furieux qui vrombissent derrière eux ;-)
Donc je patiente, un peu... beaucoup... mais pas passionnément : au bout d'un moment, n'en pouvant plus, je demande à Francis via l'intercom s'il ne pourrait pas le dépasser, pour qu'on avance un peu plus vite, on a des centaines de km à faire! Mon gentil provincial d'ami ;-) me répond qu'il n'en a pas envie parce que le motard va a un rythme qui lui convient.
Arghlll! Moi, ça me ruine les nerfs d'être bouchonnée par un motard! Les voitures, je comprends, elles n'ont pas le choix, mais lui pourrait avoir la politesse de se rabattre!
Donc je préviens Francis que je deviens dingue à ce rythme d'escargot anti-naturel à moto, et je passe devant et lui donne RV à la prochaine station service. Je préfère rouler à mon rythme et prendre le temps de boire un café plus tard plutôt que de me traîner comme une larve et de réduire les pauses ;-)
Pour autant, je ne roule pas du tout comme une folle, je ne fais jamais ça entre les files! Maxi 20/30 km/h de plus que les voitures, tranquillou mais sans personne devant mon nez, et je progresse, je progresse...
Hélas, mon œil, habitué à guetter et à se méfier des voitures blanches ( avec un peu de rouge et de bleu ;-) ) ou bleues en France, se fait surprendre et je dépasse inopinément...une voiture de flics :-/ ( blanche et VERTE, les traîtres! )
Bon, en Région Parisienne, la plupart du temps, la remontée de file est tolérée et les flics s'en fichent royalement quand on les remonte. Mais là, je rentre quand même la tête dans les épaules, et je me dis que je vais les dépasser douuuucement d'une ou deux voitures et me rabattre sagement ( quand même pas pile devant leur nez, ça fait provoc'! ). Peine perdue! Je les ai a peine dépassés qu'ils mettent la sirène en branle :-( Bon, je ne suis pas bête, j'ai bien compris que c'était pour moi, donc je me rabats doucement sur la dernière file à droite, eux derrière moi, puis je m'arrête sur la BAU.
Mais ils me font des grands signes pour que je les suive, et on ira en fait sur une voie d'accès réservée.
Je suis bien sûr résignée à payer une amende, la remontée de file est clairement interdite en Allemagne, à voir l'attitude des motards allemands!
Le flic qui sort de la voiture s'adresse à moi en allemand, je lui explique que je suis française, que je ne parle pas sa langue et qu'on devra discuter en anglais.
Tout de suite, il monte sur ses grands chevaux en me disant "Nein, nein, wir sprechen Deutsch!!" ( à peu près! )
Donc je suis obligée de répliquer que non, ça ne risque pas, puisque je ne spreche pas deutsch du tout!!! Il s'énerve et je comprends vite pourquoi : c'est lamentable, ils foutent sur des grandes autoroutes fréquentées par des milliers d'étrangers ( ne serait-ce que les nombreux routiers venant de l'Est ) des policiers allemands qui ne sont même pas foutu de parler LA langue internationale ( et je ressens qu'il en a honte, c'est pour ça qu'il gueule )! Et je ne parle même pas de sa collègue, effacée, dont je n'entendrai même pas le son de la voix!
Bref ça s'engage mal, mais en fait, je m'en fous, en disant en français ( nyark, nyark, on se venge comme on peut ;-) ) "vas-y, fais ton sale boulot, verbalise-moi et qu'on n'en parle plus!", en faisant les gestes de le montrer, de rédiger sur un papier et de me donner le papier. Mes gestes sont clairs, il a compris que je ne voulais pas discuter ( quel argument pourrais-je avancer!? ) mais il veut quand même me faire comprendre pourquoi il veut me verbaliser ( comme si je n'avais pas compris!? Ou peut-être la loi l'oblige-t-il à s'assurer que j'ai bien compris ce que je signais? )
Donc il me fait un peu pitié quand je le vois dessiner grossièrement sur une feuille deux files de véhicules, moi au milieu et une flèche pour montrer que je roule entre les deux! On dirait le dessin d'un gamin!
"Mais oui, mon vieux, ça fait longtemps que j'ai compris le problème, remplis ta paperasse et lâche-moi la grappe!" Bon, ça, je le pense très fort, je réplique juste "ya, ya, ferchtanden!" ( euh, que les germanophones m'excusent, mais j'ai bien dit au début que je ne parlais pas allemand, hein! Mes références viennent, pour la plupart, des films sur la 2ème guerre mondiale ;-D )
Mais juste pour lui montrer que la loi n'est pas universelle, j'essaie de lui faire comprendre avec des mots simples qu'en France, c'est toléré ( j'ai utilisé "tolerated" ( ?? je ne sais même pas si c'est du bon anglais! ) et qu'en Belgique, c'est  carrément autorisé ( Belgium : nicht ferboten!" ). Pas pour échapper à l'amende, j'assume qu'en Allemagne ça soit "sehr sehr ferboten", mais pour qu'il ne se prenne quand même pas pour Dieu.
Il grommelle le très attendu "Aber nicht im Deutschland!!!" et se décide enfin à remplir son procès-verbal.
Bon, ce que j'attends avec crainte, c'est de savoir combien tout ça va me coûter...
AGLUPS!!!! 125€, ils ne s'emmerdent pas, les Allemands :-((



Encore plus cher que le stationnement interdit à Bled :-//
Heureusement que ce dernier, je ne l'ai pas payé, car là, je n'ai pas le choix, je règle par CB ( ouf, quand même, ils ont un TPE dans leur voiture, sinon ils auraient dû m'accompagner à un DAB pour avoir du cash, je suppose! ) :-///
Ca augmente sensiblement le prix de mes vacances, saletés!!
J'envoie un sms à Francis pour lui résumer la situation et lui dis que je vais, comme convenu, à la prochaine station service.
Mais il n'y est pas, et ça n'est qu'après quelques autres échanges de sms qu'on finit par se retrouver ailleurs.
Le reste du trajet se déroule sans autre incident et on arrive chez Jean-Pi 



suffisamment tôt pour qu'après une bonne douche, je puisse bénéficier de son super massage que j'avais "réservé" depuis des semaines :-) Trop bon :-) :-)
Ensuite nous partons rejoindre Anne-Désirée et Michèle dans un restaurant privatisé pour un groupe d'amis à eux...Super buffet (pour 10€ seulement!!), ambiance sympa, 





































et ensuite on enchaîne sur une Fête de la Musique toute proche :-)



































































On finit les vacances en beauté, merci les amis pour ces deux bons plans!!
Le lendemain, après un hyper méga bon petit-déjeuner tous ensemble, on a terminé les quelques centaines de km qui restaient jusqu'à chez moi. 
Juste avant, dernière petite pause des vacances en allant boire un coup à Port-Cergy, pas loin de chez moi.
Nous commandons des verres de cidre pour trinquer à nos futures vacances 2016 : nous projetons de retourner en Irlande :-))





J'aurai fait 3822 km à moto pendant ces vacances.  



 Et le surlendemain, Francis est retourné sur Nantes, fin de ces super vacances!
Conclusion: la Slovénie est un très beau pays, que nous conseillons vivement à tous de visiter! Il faut dire que la chance a été avec nous grâce à une météo splendide ( quoiqu'un peu chaude à mon goût) :-)

Slovénie à moto, 19 juin, de Soča à Ebersberg ( Allemagne ) via le col de Vrsic et ses tracteurs ;-)






Hier, j'ai oublié de dire qu'en cherchant un logement sur internet pour le soir suivant en Allemagne*, on a profité d'un tarif "dernière minute" pour réserver une chambre à l'hôtel où j'avais fait étape à l'aller : 55€ avec pdj au lieu de 75€ le prix normal, qu'on n'aurait pas pu se permettre, cool :-)
*Pour le choix de l'étape au niveau distance, comme on comptait faire encore du tourisme le matin du dernier jour en Slovénie ( dont un col ), on a calculé, grosso modo, sur une base d'1/3 le 19 juin et 2/3 le lendemain ( car plus question de tourisme, que de l'autoroute en Allemagne )

Pdj moyen, mais avec quand même de la bonne charcuterie :-)



Un des nombreux chats de la maison nous tient compagnie et je le trouve fort photogénique à côté de l'instrument de musique :-)






















Notre CH vue de l'arrière :


Comme aujourd'hui nous quittons la Slovénie ( snif! ), je prends une dernière grange typique en photo...

















quand j'entends soudain un bruit de tracteur. Jusque là, rien que de bien normal, sauf qu'en fait, c'est une "concentre" de vieux tracteurs, ils sont une bonne dizaine! J'adore, et je mitraille :-)


Commence alors un jeu de "je vous dépasse, je m'arrête, je vous prends en photo pendant que vous me redépassez, et hop, je reprends la moto et je remonte toute la file des tracteurs, et on recommence une autre série de photos plus loin, en essayant d'y mettre un bel arrière-plan!"

Cherchez l'intrus! ;-)










































On s'amusera comme ça jusqu'au col de Vrsic ( 1611 m ),


















où le "tracteur-club" Oldtimerclub de Berndorf ( Autriche ) fait une pause.
Nous nous arrêtons aussi et discutons tant bien que mal ( très peu parlent anglais ) mais surtout, nous faisons encore plein de photos ensemble ( eux aussi prennent nos motos devant les tracteurs ;-) ) et ils me donnent l'e-mail du responsable du club pour que je leur envoie mes photos, ce que bien sûr j'ai fait à mon retour en France!












Vive la mixité! ;-)




En fait, ces fous d'anciens tracteurs ont fait l'aller-retour sur leurs tracteurs d'Autriche en Slovénie, soit 670 km, et ça en seulement 6 jours, respect!!

Leur périple est résumé là :

http://www.berndorf.salzburg.at/system/web/gelbeseite.aspx?menuonr=219554622&detailonr=225005194

Traduction Google ( un peu arrangée par mes soins quand c'était vraiment pas clair! ) :

10 membres de l'Oldtimer Club de Bernsdorf ont conduit leurs tracteurs d'époque 
de Berndorf à BEGUNJE en Slovénie.
Le plus vieux tracteur a été construit en 1949 et le plus jeune en 1970. La fourchette
de l’âge a également été large 
chez les conducteurs. Il y avait notre Altobmann Wolfgang Danninger avec ses presque
80 ans fier de prendre part à ce voyage.
Pour ce qui est de la météo, nous avions toutes les facettes de soleil à presque
la neige sur les montagnes.
L'itinéraire s’est fait sur un total de 6 jours à un kilométrage journalier allant
jusqu'à 180 km. Nous avons évité les dangers dans la mesure du possible sur les 
routes avec peu de trafic.
La chose la plus importante sur l'ensemble du trajet était qu’il n’y a pas eu un 
accident et pas un seul pépin sur 42 heures et 670 km.
 
Le 1er jour, nous sommes passés à Bernsdorf - Salzbourg - Böckstein - Greifenburg -
à Oberndorf un Weissensee ..
Le 2ème jour, à Hermagor - Törl Maglern - Tarvis - via le col de Predil et la région 
du parc national du Triglav à Bovec en Slovénie.
La 3e journée a été la plus difficile pour nos véhicules. 
Nous avons traversé la célèbre vallée de la Soca et le col de
Vrsic avec ses 40 virages en épingle à cheveux, 
à Kranska Gora et plus en arrière, loin des routes encombrées à Bled et finalement à 
notre point final à BEGUNJE à Slavko Avsenik.
Le 4ème jour nous sommes retournés en Autriche via le col de Loibl à Klagenfurt.
Jour 5 Direction Feldkirchen - Turracherhöhe avec ses 23% dans le Lungau, nous avons continué 
sur la Tauern à Untertauern.
Le 6ème et dernier jour, nous sommes passés à Eben, le Lammertal, Wiestal  et enfin Bernsdorf.



En redescendant le col de Vrsic, le temps se couvre mais les paysages sont quand même bien jolis! 

























On fait une pause à la chapelle russe que j'avais découverte au détour d'un des nombreux virages pavés du col ( mais moi, je le montais, alors que là, on le descend! ) il y a pas mal d'années. Elle n'a pas changé ;-) 


























En bas du col, on s'arrête pour que Francis puisse admirer le lac de Kranjska Gora qu'il n'avait pas vu à l'aller, puis nous faisons une pause café en ville, avant d'attaquer un dernier petit col, le Wurtzenpass, 1073m ( par lequel je suis arrivée en Slovénie ) qui nous fait arriver en Autriche. Il commence à pleuvioter.  

Pause essence où nous échangeons quelques mots avec des motards allemands qui ont pas mal de cols européens à leur actif, dont la Transfagarasan, en Roumanie, qu'on a prise il y a deux ans ( http://la-zouzoute-en-voyages.blogspot.fr/2013/10/roumanie-12-septembre-2013-la.html ) et le Stelvio que j'avais franchi lors de mes vacances aux Grands Lacs Italiens :  





A partir de là, le nez dans le guidon sur les autoroutes autrichiennes ( sans vignette ;-)) ) puis allemandes, et nous ne nous remettons en mode tourisme qu'en sortant de l'autoroute pour nous diriger vers l'hôtel réservé. 
Pause photos dans un village avec ce beau château :-)





et dans un autre village, un mât de cocagne typique qu'on trouve souvent en Bavière ( arbre de mai, Maibaum ) :

http://voyages.ideoz.fr/maibaum-arbre-de-mai-tradition-allemande/

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_de_mai




 
Arrivés à Ebersberg, petit détour pour montrer à Francis le lac où je me suis baignée à l'aller.



















Là, comme il fait toujours gris et relativement frais, nous zappons la baignade et allons nous installer dans notre chambre confortable à l'hôtel Hölzerbräu : 



http://www.hoelzer-braeu.de/zimmer/ 





















Notre chambre donne sur la place du village et chouette, il y a une fête folklorique avec des gens en costumes, et une fanfare, et nous sommes aux premières loges pour en profiter :-)











 J'ai particulièrement aimé le morceau de musique accompagné du claquement des fouets en mesure :-)








Après avoir bien profité du sauna et du hammam ( déserts, on était seuls! ) de l'hôtel, nous allons manger au restaurant.
En entrée, salade de rosbif très copieuse,
















puis je reprendrai le foie de veau que j'avais bien aimé la dernière fois, mais malgré ma demande, il sera servi un poil trop cuit. Mais avec de bons spätzle :-)



Note de Francis : "pour moi, bonne soupe de carottes et bonne salade Caesar agrémenté de scampis.
Par contre, dur retour aux prix allemands concernant la nourriture vs la Slovénie !"
 
 

 

Vue de notre chambre :